Photo officielle 1

 

Conférence addictions 05-04-2014

Conf rence sur l addictionsConférence sur l' addictions

« L'addiction est une pathologie de l'adolescent 

 

En France, les jeunes touchent à leur première cigarette à 13 ans. Leur initiation débouchera à l'usage, au mésusage (abus) et enfin à la dépendance...

 

A l'initiative du cercle briotin des médaillés Jeunesse et Sports, une trentaine d'élèves du collège Jules-Ferry

ont suivi une conférence sur les addictions. À la tribune, le Dr Kathy Bourguignon leur a fait la leçon.

Une première clope, un premier verre, un premier pétard... Pour un adolescent, ne serait-ce que pour ne pas passer pour le rabat-joie de la bande, voire pire, d'en être exclu, il est toujours plus facile de dire oui que de dire non. D'où l'intérêt de le rabâcher, encore et encore : l'addiction aux drogues, qu'elles soient ou non illicites, guette la jeunesse au tournant.

À l'invitation du cercle de Briey des médaillés Jeunesse et Sports, le Dr Kathy Bourguignon est venue passer le message, hier matin, en mairie de Briey. Face à l'addictologue du CH Maillot, une trentaine d'élèves du collège Jules-Ferry. Autant de gamins parmi lesquels un seul s'est présenté comme étant non-fumeur...

« L'addiction est une pathologie de l'adolescence. Cigarettes dégageant une fumée de couleur, clopes au chocolat ou alcopops (premix)... les gens qui proposent ces produits en vente libre savent pertinemment que vous êtes des usagers potentiels. Plus vous y goûtez tôt, plus les vendeurs sont contents ! », a martelé la spécialiste. Qui a ouvert un petit aparté pour une « intéressante nouveauté » : la chicha. « Vos parents se disent peut-être que ce n'est rien, que ce n'est que de l'herbe de pomme ou de cerise... Que ce n'est pas fumer puisqu'on ne voit pas la fumée... Alors, comme c'est plutôt cool, on n'ouvre pas les fenêtres... Pourtant, la chicha est un redoutable pourvoyeur en oxyde de carbone, et diffusé pendant une heure, son brouillard équivaut à trois paquets de cigarettes... »

Sur l'écran, les images « sympas » de fêtes aux effets pervers font place à des photos « moins fun » de drogues illicites. « Avec leurs têtes de Schtroumpfs ou de Superman, les comprimés d'ecstasy soi-disant festifs, nous les avons analysés. Il peut n'y avoir rien du tout, mais il peut y avoir 150 fois la dose mortelle... Pourquoi ? Parce que les gens qui font ça ne sont pas de grands chimistes et vous, vous ne savez pas ce que vous avalez... Pareil pour les poudres blanches (héroïne, cocaïne...), vous êtes à la merci des gens qui ont préparé le truc... »

De l'initiation à l'usage, de l'usage au mésusage (abus), le Dr Bourguignon a décrypté les étapes menant à la dépendance. « Quand ça plaît, on y retourne... Mais qui s'accroche à la clope et/ou à l'alcool ? Pas forcément celle ou celui qui est bien dans ses baskets, mais plutôt les plus timides, les plus en difficulté. »

« Votre histoire avec les drogues va peut-être commencer ou vient de commencer... C'est à vous de décider de la suite , mais si vous vous rendez compte que vous êtes dépendants, ne restez pas seuls. Parlez-en aux infirmières scolaires ou rendez vous au centre de planification et d'éducation familiale ». Reste la question de la cigarette électronique, très en vogue au collège. « Je la considère comme nettement moins dangereuse que la vraie. Mais si elle est un bon moyen de sevrage, loin de moi l'idée de la conseiller à des ados non-fumeurs. Si vous l'êtes, restez-le ! »

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : samedi, 05 avril 2014